Scasicomp partage sa vision du Datacenter de demain

Le 10 Mars à Arras, Scasicomp présentait à ses clients régionaux sa vision du Datacenter de demain.

Repartons d’abord du constat actuel. Les 3 acteurs clés qui font le système d’informations (les métiers, les équipes de développement et les équipes de production/infrastructure) n’ont pas les mêmes attentes.

Les métiers souhaitent une infrastructure avec un TCO faible et attendent des développeurs de l’innovation afin de renforcer leurs activités (vente, marketing…).

Les développeurs font l’interface entre les besoins métiers et la technique. Assurer le MCO et proposer des nouveautés pour répondre à la demande métier.

Les équipes de production/infrastructures doivent assurer une qualité de service et une disponibilité des ressources. Ils sont souvent opposés aux changements qui risquent d’introduire de l’instabilité.

Afin de fluidifier les échanges et d’améliorer la cohabitation, l’entreprise doit s’adapter et introduire de nouvelles méthodologies. Les développeurs deviennent Agile pour répondre plus rapidement aux besoins. Fini l’ère de l’application monolithique, au cycle de développement se comptant en années. L’intégration continue est de plus en plus présente, chaque jour les équipes de développement fixent et ajoutent du contenu.

L’infrastructure doit suivre et DevOps s’impose de plus en plus (c’est depuis 2 ans le thème du Cisco Live Berlin avec la « Devnet Zone »). L’infrastructure très rigide par le passé doit devenir programmable afin de se tordre et de répondre au besoin du développeur. Sans remise en question, le shadowIT rentre dans l’entreprise et de nombreux acteurs externes se proposent de répondre aux demandes des équipes clientes.

Modéliser son infrastructure à partir de ses applications et non l’inverse, voilà la proposition de Scasicomp.

Plutôt que de proposer un concept innovant s’appuyant sur des technologies très/trop récentes, Scasicomp propose une offre s’appuyant sur des technologies matures et sur des constructeurs solides. Cette approche a le mérite de rassurer les clients et d’offrir un support avec les environnements Legacy. Dans sa globalité, l’offre est cohérente car elle s’appuie sur des interopérabilités entre les différentes briques programmables.

Comment Softwariser son Datacenter ?

Le mot d’ordre c’est banaliser les ressources physiques du Datacenter. Scasicomp observe que le modèle blade arrive en fin de vie et que les ventes de serveurs rack repartent à la hausse. De même, l’hyperviseur devient caduque car on utilise principalement du bare metal pour y exécuter des workloads tel que du Hadoop ou du container. L’infrastructure n’assure plus la résilience c’est l’application qui s’en charge, exit donc les protections RAID et place au JBOD qui permet de maximiser l’utilisation de la volumétrie.

Petit détour par les chiffres du marché du stockage en 2016: si la vente en volumétrie progresse de 18% sur l’année, les revenus chutent en revanche de 7% en comparaison avec 2015(Europe). Et 20% du stockage mondial est hébergé sur le Cloud Public.

Comment piloter les ressources du Datacenter ? La réponse se trouve dans le software defined. La présentation se focalise sur 4 exemples autour du stockage avec Netapp, du serveur avec Cisco (les fameux servers profile), la protection de données avec Rubrik et le réseau avec l’offre Cisco (gamme nexus 9000 et APIC). Au passage une petite comparaison est faite avec VMware NSX qui offre également sa propre solution de virtualisation de réseau.

Comment tirer parti d’un datacenter software defined ? Les APIs sont un critère indispensable à une bonne gestion des infrastructures. Elles permettent une interconnection native avec d’autres outils et d’exposer ses services pour les utilisateurs finaux au travers d’un portail. Pour aller plus loin et bâtir un Cloud, il faut assembler les briques d’infrastructures en s’appuyant sur les APIs et automatiser les tâches au travers d’un Orchestrateur. Sans surprise après avoir présenté Cisco sur la partie serveur et sur la partie virtualisation de réseau, Scasicomp enfonce le clou en choisissant de positionner Cisco UCS Director, pour sa simplicité et rapidité de déploiement.

 

Le SDK ouvert dispose des modules d’autres constructeurs de serveurs (HDS UCP notamment) et stockage (Netapp, EMC) et permet même de développer ses propres connecteurs.

Si construire et adopter le Cloud n’est pas encore un réflexe chez les clients de Scasicomp, certains n’hésitent pas sur la démarche comme Randstad qui teste le modèle depuis quelques années et annonce Randstad-100% Cloud en Janvier 2018.

Dernière nouveauté dans l’offre: NestInCloud. Si le modèle DevOps est largement adopté, la mise en application concrète peut être parfois difficile à suivre s’appuyant sur de nombreux outils. Simplifier la gestion de son DevOps pour se concentrer sur l’essentiel voilà la proposition de Zengularity avec son offre NestInCloud (initialement développeur ils ont créé l’outil pour se simplifier les déploiements de codes avant de commercialiser cette solution).

Au regard de ces éléments, on voit que Scasicomp propose une vraie vision du Datacenter 2.0 centrée sur la transformation des infrastructures Legacy en Cloud Privé. Plutôt que d’engager des paris technologiques risqués, l’intégrateur mise sur offre claire et intégrée majoritairement Cisco.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *